Exposition : Portrait d’un paysage par ses habitants

Le 06 juin 2018, lors de l’inauguration des Ateliers Médicis à Clichy-sous-bois (93), a eu lieu le vernissage de l’oeuvre réalisée à l’école Louis Pergaud.

Cette oeuvre est le fruit de 6 mois de résidence Création en cours en milieu scolaire avec les CE2, CM1 et CM2 de Cussac-sur-Loire (43). La résidence est encadrée par les Ateliers Médicis, avec le soutien des ministères de la Culture, de l’Education et de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

img_20180625_092849.jpg

L’installation de 2 mètres carrés représente un portrait du paysage de Cussac-sur-Loire par ses habitants : les élèves de l’école. Chaque élève a dessiné sa maison, ainsi que la vue depuis sa maison. J’ai moi-même fait le portrait des 44 élèves à l’encre noire. Tous les triptyques sont reliés au point de géolocalisation correspondant à la maison de chacun sur une maquette en bois du territoire (échelle 1/2500).

Un deuxième vernissage a eu lieu le 28 juin à 16h30 au gymnase de l’Ecole de Cussac-sur-Loire. L’oeuvre sera visible jusqu’au 3 juillet, et continuera sa course dans d’autres lieux de Haute-Loire… à suivre, donc !

Ateliers participatifs à St Fargeol

D’avril à juin 2018, une collaboration avec l’Atelier de Paysage Claude Chazelle me permet d’intervenir avec d’autres paysagistes dans les Combrailles, à St Fargeol. Ce petit village de moins de 200 habitants, anciennement célèbre pour la culture du chanvre, souhaite revaloriser ses espaces publics et développer le tourisme en s’appuyant sur le paysage. Nous proposons une série d’ateliers participatifs – avec les élus et habitants – afin de mieux cerner leurs attentes, et connaitre les motifs emblématiques du paysage local.

  • Atelier 1 – avril 2018 : Durant une matinée, nous rencontrons les habitants de St-Fargeol à la Salle des Associations (mairie), et les invitons à évoquer la mémoire de leurs lieux de vie. De nombreux documents d’archives, ainsi que deux grandes cartes (le bourg, la commune) servent de support de discussion. Action phare: à l’aide de rubalise, nous traçons au sol l’emplacement des mares de rouissage disparues…
  • Atelier 2 – mai 2018 : Sur un après-midi, nous organisons une promenade autour de St-Fargeol avec les habitants afin de (re)découvrir les motifs  emblématiques du paysage de la commune. Nous partons donc, avec une vingtaine de personnes, sur les traces de la culture et de la transformation du chanvre, dont les anciennes mares et les moulins ruinés. Le soleil tape, nous finissons à cinq! La citronnade au Château restera un souvenir mémorable.
  • Atelier 3 – juin 2018 : Durant deux jours, nous recevons à la mairie des habitants volontaires, sur la base d’un questionnaire individuel afin d’en savoir plus sur les valeurs paysagères de la commune. L’objectif de ces entretiens est de parvenir à une connaissance plus fine des lieux et de connaître les besoins des habitants afin de proposer un projet au plus près des réalités vécues.

    Que de belles histoires à raconter sur le passé de la commune! Que de lieux à valoriser ! Le désir d’inventivité et de dynamisme est bien là. La phase diagnostique-esquisse a pu, dans la continuité, être présentée au Comité de pilotage puis en Conseil municipal… le projet peut commencer !

Immersion paysagère pour les 2ndes de St Galmier

 

Pour leur voyage scolaire de fin d’année, les secondes du Lycée de St Galmier sont allés se mettre au vert dans le sud de la Drôme.

Durant trois jours – 14, 15 et 16 juin 2018 – ils partent à la découverte des paysages locaux et de formes d’agricultures éco-responsables. Chargée de la partie « paysage » de leur voyage, j’interviens pour animer leurs veillées, proposer une lecture de paysage depuis un superbe point de vue et les entraîner en forêt pour y réaliser du Land Art.

La lecture de paysage, depuis les hauteurs de Marsanne et ses restes de fortifications médiévales leur apprends à quel point est unique le lieu où ils posent les pieds: voici que le blanc calcaire, du fond des mers, s’élève pour devenir un mirador, une place forte successivement occupée et défendue par les hommes depuis le temps de la première croisade jusqu’aux guerres de religion. Le village s’étend désormais paisiblement sur la Plaine de Montélimar, recouvrant les vignes qui firent autrefois la renommée du village.

Les veillées laissent place aux jeux de rôles et aux débats autour des grandes questions du développement durable: et si la mer, l’air, la forêt et autres éléments naturels avaient une voix? Que nous diraient-ils? Comment se défendraient-ils face une exploitation humaine abusive? Quelles nouvelles formes de collaboration proposeraient-ils?

Dans la forêt de Marsanne, nous laissons place à l’émerveillement et à la créativité. L’activité « Land Art » incite les 10 équipes à monter une installation in situ qui questionne les rapports hommes/nature. Discipline artistique des années 1960, le Land Art ré-emploie dans un site les matériaux du site. L’oeuvre, éphémère, ne subsiste souvent que par la trace photographique. Guidés par des mots clés tels que « regard », « tronc », « feuilles », « relier » ou « horizon », les élèves s’organisent et produisent des créations réellement pertinentes en un temps limité.

Un grand merci à eux, ainsi qu’à toute l’équipe éducative pour sa confiance et son intérêt!

 

 

Exposition aux Ateliers Médicis

Début juin, les Ateliers Médicis inaugurent leur nouveau lieu à Clichy. J’aurais le plaisir d’y présenter le fruit de 6 mois de résidence à l’Ecole de Cussac-sur-Loire, lors d’une exposition collective avec d’autres artistes traitant des questions du territoire.

L’oeuvre? Un portrait de paysage par ses habitants, articulant une maquette du paysage en bois et 132 cadres dessinés par les élèves et moi-même.

On vous y espère nombreux !

thumbnailthumbnail (1)

Les ingénieurs des Mines s’essayent au paysage

Dans le cadre des Dynamos Days (27 et 28 février 2018), sept étudiants de l’Ecole des Mines de St Etienne ont du relever un sacré défi : concevoir un village autonome en énergie et en nourriture.

J’abordais avec eux les problématiques de l’avenir de l’espace rural, encadrant et nourrissant le débat. L’objectif? Réaliser une maquette illustrant les réponses trouvées aux problèmes d’autonomie.

Durant deux jours, les apprentis-ingénieurs n’ont pas chaumé: expérimentations, calculs, débats et brainstormings, le tout arrosé de réflexions profondes sur le sens de leur activité… Je dois l’avouer: quand des ingénieurs s’essayent au paysage, ça fait des étincelles !

Construire l’avenir de St Fargeol

St Fargeol, petit village des Combrailles (03) cherche à valoriser ses espaces publics. Avec un collectif de jeunes paysagistes, sous l’œil bienveillant de Claude Chazelle, nous répondions en novembre à l’appel d’offre, impatient de proposer des solutions spatiales en milieu rural. Retenu, notre projet démarrera en avril par une série d’ateliers participatifs impliquant les habitants.

Le village de St Fargeol fut, dans les années 1900, célèbre pour ses cordes et ses draps réalisés en chanvre. La culture concurrentielle du coton et l’import de matières premières ont donné lieu un déclin de cette activité, causant la disparition par comblement des mares au centre du village. Ces mares servaient au rouissage des fibres de chanvre, procédé qui consistait à laisser tremper les fibres avant de pouvoir les travailler.

Depuis lors, le village voit sa vie décliner : fermeture des commerces, exode des jeunes générations… Mais cette ressource en espaces communs centraux ne pourrait-elle pas être le levier de nouvelles pratiques? Par notre projet, relèverons-nous le défi d’apporter au village un nouveau dynamisme?

A suivre !