Explorer la cour de l’école

De janvier à juin 2019, les élèves sont partis explorer les recoins insoupçonnés de la cour de leur école. Un premier atelier en classe sur le cadrage leur a permis d’affiner leurs perceptions et leur coup de crayon. L’objectif : faire correspondre les bords de l’image avec ceux de la fenêtre.

Le second atelier s’est déroulé dans la cour. Par équipe, un jeu de piste les a conduit à retrouver des détails d’architecture et autres fragments présents à l’extérieur de l’école. Une manière de changer de regard sur un environnement familier !

Pour finir, lors du dernier atelier, les jeunes ont pu expérimenter des explorations à l’aveugle. L’observation et le jeu ont permis aux élèves de travailler sur la notion de coopération ainsi que la place du corps dans l’espace. Dans la nature, les arbres s’entraident pour accéder à l’eau et à la nourriture du sol, et ainsi bien grandir ! Chacun trouve sa place.

Lieu et public : Ecole Primaire Notre-Dame de Bellecombe, Lyon (Rhône)

Effectif : 8 classes, du CP au CM2

Prestations : 3 ateliers de 1h30 par classe entre janvier et juin 2019

Bâtir l’Eco-cité

Le 3 octobre 2018 a eu lieu la Journée des Assises Laudato Si organisée par la Direction de l’enseignement privé : une grande journée de rencontre, de formation et d’ateliers autour de l’écologie intégrale.

IMG_0663.jpg

Le projet Eco-cité, réalisé en partenariat avec trois établissements a pu être exposé ! Depuis avril dernier, des collégiens et lycéens ont construit en cours d’arts plastiques les maquettes d’éco-quartiers destinés a être réunis pour cette journée.

Les matériaux: des emballages récupérés ! Le déchet devient ressource, et notre créativité nous permet d’inventer la ville de demain.

Merci à tous pour cette belle collaboration. Et voici un retour en images :

Passage à la radio RCF pour présenter le projet

Immersion paysagère pour les 2ndes de St Galmier

 

Pour leur voyage scolaire de fin d’année, les secondes du Lycée de St Galmier sont allés se mettre au vert dans le sud de la Drôme.

Durant trois jours – 14, 15 et 16 juin 2018 – ils partent à la découverte des paysages locaux et de formes d’agricultures éco-responsables. Chargée de la partie « paysage » de leur voyage, j’interviens pour animer leurs veillées, proposer une lecture de paysage depuis un superbe point de vue et les entraîner en forêt pour y réaliser du Land Art.

La lecture de paysage, depuis les hauteurs de Marsanne et ses restes de fortifications médiévales leur apprends à quel point est unique le lieu où ils posent les pieds: voici que le blanc calcaire, du fond des mers, s’élève pour devenir un mirador, une place forte successivement occupée et défendue par les hommes depuis le temps de la première croisade jusqu’aux guerres de religion. Le village s’étend désormais paisiblement sur la Plaine de Montélimar, recouvrant les vignes qui firent autrefois la renommée du village.

Les veillées laissent place aux jeux de rôles et aux débats autour des grandes questions du développement durable: et si la mer, l’air, la forêt et autres éléments naturels avaient une voix? Que nous diraient-ils? Comment se défendraient-ils face une exploitation humaine abusive? Quelles nouvelles formes de collaboration proposeraient-ils?

Dans la forêt de Marsanne, nous laissons place à l’émerveillement et à la créativité. L’activité « Land Art » incite les 10 équipes à monter une installation in situ qui questionne les rapports hommes/nature. Discipline artistique des années 1960, le Land Art ré-emploie dans un site les matériaux du site. L’oeuvre, éphémère, ne subsiste souvent que par la trace photographique. Guidés par des mots clés tels que « regard », « tronc », « feuilles », « relier » ou « horizon », les élèves s’organisent et produisent des créations réellement pertinentes en un temps limité.

Un grand merci à eux, ainsi qu’à toute l’équipe éducative pour sa confiance et son intérêt!

 

 

Les ingénieurs des Mines s’essayent au paysage

Dans le cadre des Dynamos Days (27 et 28 février 2018), sept étudiants de l’Ecole des Mines de St Etienne ont du relever un sacré défi : concevoir un village autonome en énergie et en nourriture.

J’abordais avec eux les problématiques de l’avenir de l’espace rural, encadrant et nourrissant le débat. L’objectif? Réaliser une maquette illustrant les réponses trouvées aux problèmes d’autonomie.

Durant deux jours, les apprentis-ingénieurs n’ont pas chaumé: expérimentations, calculs, débats et brainstormings, le tout arrosé de réflexions profondes sur le sens de leur activité… Je dois l’avouer: quand des ingénieurs s’essayent au paysage, ça fait des étincelles !

Eco-cité: et si l’enseignement privé lyonnais réinventait la ville?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A quoi ressemblera Lyon dans 50 ans? Dans 100 ans? Dans un monde au tout bouge très vite et se généralisent les questions écologiques, trois sujets d’actualité lyonnaise ont retenu mon attention :

  • l’ANPU présente actuellement au musée Gadagne une exposition atypique intitulée « Lyon sur le divan« , mêlant équipement, transport, rêve et hygiène.
  • L’Enseignement privé lyonnais propose à ses établissements de vivre une Année Laudato Si en réponse à l’appel du pape François.
  • L’Ecole urbaine de Lyon organisait deux jours de réflexion sur l’Antropocène, pour repenser la ville avec les migrations, les risques climatiques, l’agriculture urbaine…

Choisie pour coordonner un projet d’installation artistique pour la journée Laudato Si, le 03 octobre 2018, ces inspirations urbaines seront les fondements de ma proposition : construire la maquette d’une éco-cité !

DSC_0530
Lyon au 1/1000ème, librairie Archipel, place des Terreaux (photo: Sandrillon in Lyon)

A bientôt pour la suite !